• 9 novembre 2016 - Par bernarddarmon

    Après Podemos, Tsipras, le Brexit, l’oligarchie mondiale continuait de s’en sortir en utilisant son système médiatique aux ordres.
    Le vote des peuples ne comptait pas pour ces messieurs dont les principales qualités sont l’arrogance, le machiavélisme et la suffisance.
    Ils pensaient ad vitam aeternam pouvoir sauver leurs privilèges en affublant ceux qui dénoncent le système d’une rhétorique anxiogène :
    Homophobes, sexistes, racistes, antisémites, populistes, pour ceux qu’ils rangeaient à l’extrême droite (autre insulte).
    Révolutionnaires, populistes, gauchistes, antisionistes (sémites), pour ceux qu’ils rangeaient à l’extrême gauche.
    Ces arguments suffisaient et le dispositif fonctionnait parfaitement et jusque-là : Les affaires pouvaient continuer.  Le bon peuple restait sous contrôle d’un système mis en place pour offrir à cette oligarchie des « heures de cerveau disponible ».
    Mais voilà qu’un milliardaire qui connait parfaitement le système, puisque l’ayant côtoyé de l’intérieur, est venu gâcher la fête. Un trublion étiqueté dangereux par les media, homophobe, sexiste, raciste, antisémite, d’extrême droite, populiste, enfin un homme qui serait manipulé par Poutine « le Diable ennemi de la démocratie. ».
    Ce Donald, contre toute attente « d’expert », vient de devenir le 45ème Président des Etats Unis. Le bon peuple a voté pour le Diable, à moins qu’il ne le soit pas.
    Nous assistons aux derniers soubresauts de résistance de cette oligarchie qui sait maintenant qu’elle va mourir.
    Qu’il soit clair pour tous, que cette caste dirigeante n’a pas de religion, pas de couleur, pas de pays, pas de morale. Elle pensait pouvoir régner en maitre et sans partage sur la planète.
    Elle a fomenté des révolutions pour abattre des pouvoirs encombrants, elle a déclenché des guerres à partir de mensonges relayés par les journalistes aux ordres.
    Des millions de femmes et d’hommes sont morts sacrifiés par ces donneurs de leçons sur l’autel d’idéaux qu’ils vendaient tels des arnaqueurs de haute volée.
    Ça a commencé après la chute du mur de Berlin, lorsque les occidentaux se sont rangés contre les Serbes en Bosnie.  Il fallait alors mettre à terre ceux qui étaient les plus proches de la Russie, et pour se faire ce n’était pas grave si on s’alliait avec des islamistes radicaux qu’on installait au cœur de l’Europe. Ils ont continué avec les guerres en Irak, en Afghanistan, en Lybie et en Syrie.
    A cet instant, de nombreux lecteurs vont penser que je suis fou et arrêter de lire, c’est normal. Ils préfèrent ne pas penser, convaincus qu’ils sont d’avoir raison sans savoir qu’en évitant de réfléchir, ils se placent au service du dieu « mondialisme ».

    Quelques explications à ceux qui poursuivent la lecture :
    Dans ce monde connecté, on suit les informations en live par le biais de dépêches qui clignotent sur un téléphone. Impossible d’échapper aux événements plébiscités par les agences de presse qui les relayent sans discontinuer.
    On subit un récit formaté à dessein qui présente de manière anxiogène et sans nuance un Monde dont la réalité est pourtant tellement complexe.
    L‘objectif d’un média est de vendre à des annonceurs du « temps de cerveau humain disponible » disait Patrick Le Lay le boss de TF1. Il aurait pu ajouter que le formatage de l’actualité participe à la doxa qui organise la classe politique. 
    Ainsi, on parle principalement des catastrophes naturelles lorsque le pays est proche géographiquement ou culturellement, où lorsque des occidentaux figurent parmi les victimes.
    Ainsi, on ânonne à foison la petite phrase du Président ou de l’autre qui voudrait prendre sa place ou de leurs lieutenants. Une petite phrase insipide à laquelle on accorde une importance qu’elle n’aurait jamais eue autrement.
    Ainsi, la bavure de l’armée que nous ne soutenions pas qui a fait des dizaines de morts dans une école : Qu’elle est ignoble cette guerre faite par nos ennemis, infiniment dégueulasse, avec ses morts sanguinolents et les larmes d’innocents qui coulent à profusion, alors que nous ne faisons que des « dommages collatéraux ».
    Ainsi, la fusion du mastodonte de la pharmacie avec celui des OGM qu’on annonce sans aucun commentaire, sans s’inquiéter que le même groupe tienne à la fois l’alimentaire et le médicament.
    Ainsi, l’énorme vente d’armes faite à ce beau pays qui coupe les têtes au sabre et qui va permettre de sauver des milliers d’emplois dans l’une de nos belles régions. Ces armes qui ne feront pas des morts mais des dommages collatéraux.
    Avec les autres, ayant la chance d’être informés par des dizaines de media différents, je suis ce privilégié vivant dans ce monde libre, libéral, tolérant et lumineux héritier de la civilisation la plus évoluée, celle qui domine le monde par sa morale et la démocratie.
    Poser des questions, mettre en cause la gnose démocrate telle que concoctée faisait de vous un hérétique passible des pires maux.
    Une nouvelle religion bien plus prégnante que toutes les précédentes tentait de régenter la vie du bon peuple avec ses valeurs virtuelles, sa définition du bien et du mal et l’excommunication de ceux qui ne choisissaient pas le bien.
    Les anciens totems qui avaient guidé les êtres humains depuis l’aube de l’humanité étaient déconstruits au profit d’une nouvelle morale qui promettait à l’Homme la liberté, par une jouissance sans entrave.
    Fini Dieu, fini le couple, fini la famille, fini le capitalisme qui crée des emplois, fini le débat, fini la classe politique au service du peuple ; Le Profit devenait Dieu, le consumérisme ses évangiles, la prière le téléphone mobile connecté.

    C’est ce Meilleur des Mondes créé par les élites qui a engendré un Golem comme Trump.
    Finalement, pouvait-il en être autrement ?

    Bernard Darmon

     
     

     

  • 2 commentaires à “Trump : Un golem créé par le système.”

    • Corry on 9 novembre, 2016

      Les États Unis ont accouché de plusieurs premiers-nés en médecine économie dance crime finance etc etc ce jour un golem pour Bernard Darmon pourvu que ses jambes ne soient pas d’argile

    • ALBERT ROSSA on 12 novembre, 2016

      La TRUMP TOWER , et toutes les baraques montées par cet hommes d’affaires depuis des décennies , ne semblent pas être en argile , mais en béton armé . Les paroles s’en vont et les écrits resteront . L’histoire nous le dira . Rappelons-nous de Silvio BERLUSCONI ……

      En attendant , les instituts de sondages ont de quoi s’inquiéter pour leurs avenirs respectifs , et la plupart des médias ont actuellement le syndrome de la poule qui a trouvé un couteau …..

    Laisser un commentaire


Municipales Trévoux 2008 |
la marianeland |
Rognacpourtous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mouvement Républicain Français
| Municipales à Périgueux ? E...
| Michel TAMISIER - SAINT-YRI...